Vous souhaitez:
Les émissions

Gary Généreux répond à
Isabelle Giordano sur France Inter
Estelle Denis
présente le concept dans 100% Mag

Le blog de Gary Généreux
« Très petit - je n'avais pas trois ans - je demandais à mes parents pourquoi…»
Lire
L'intelligence collective
Le métalangage de Pierre Lévy appliqué au partage des savoirs
Comprendre
Reportage
Tuteur Plus

Gary Généreux citoyen d'honneur

Reportage Fondation de France

Reportage Mantes la jolie

titre_cadre

Gary Gйnйreux, fondateur de dixiemefamille.com Généreux, c'est votre vrai nom ?
C'est celui de ma mère.

Vous avez fait pas mal de boulots différents genres bourlingueur,
scénariste, réalisateur de longs métrages, reportages, voyages, quelques bouquins,
avant d'en venir à vous occuper des enfants ? Il y a une raison particulière ?

Non, deux ! La première, c'est la rencontre d'un enfant qui m'a adopté comme père. Comme ça. En passant, comme on prend un pion aux échecs. Il n'avait pas dix ans quand je me suis trouvé sur sa route. Comme il s'est révélé plus intelligent que moi, il m'a appris pas mal de trucs.

Bref, je m'en suis davantage occupé que de mes propres enfants qui étaient séparés de moi géographiquement. La seconde raison, c'est qu'il y a une dizaine d'années, - j'ai 56 ans - j'ai réalisé brutalement que j'en étais à attendre ma mort pour donner un sens à ma vie.

C'est de vous ?
Non ! J'ai oublié l'auteur, mais ça m'a beaucoup frappé. Prendre conscience de n'être qu'une machine à faire du fric pendant que les trois quarts de l'humanité font les poubelles m'a donné la nausée et l'envie de m'occuper des autres. Vous savez bien entendu que les économistes en sont réduits à faire la distinction entre les extrêmement pauvres (un dollar de revenu par jour) et les simplement pauvres (deux dollars) ? Les chanceux quoi ! Un papier d'Edgar Morin dans le Monde en 92 sur la création possible de maisons de la solidarité ajouté aux idées de Bourdieu à propos de la " violence symbolique " de l'hégémonie culturelle des institutions ont fait le reste. Bref ! il n'y a plus que ça qui m'intéresse.

Et ça dure depuis douze ans ?
Presque. Douze ans de couleuvres à avaler quand on veut jouer à l'humanitaire, ça remet la tête dans le bon sens à un type un peu arrogant à qui pas mal de choses ont très vite réussi. Le terrain, il y a que ça de vrai !

Plus précisément ?
Douze années de banquettes de ministères dans l'attente d'être reçu par un politique surbooké, ça vous tue plus sûrement son homme qu'une armée de soi-disant délinquants qui eux, ne sont que des petits fauves comme il en a existé à toutes les époques. Davantage victimes de ce qu'ils voient grossi à la télé dans des émissions dites de "réalité " au vide sidéral saisissant ajouté au Dieu-fric omniprésent, mais très conscients que peu de gens ont un réel intérêt pour leurs problèmes. Quoique affirment certains politiques prêts à payer pour qu'ils aillent " faire ça " ailleurs. Parfois le maire : " Je vous paie des vacances, mais vous ne brûlez pas MES voitures. "

Mais vous-même avez été durement agressé dans le RER ?
Parce que je me suis conduit bêtement. J'ai essayé de dialoguer avec mes mots et mes arguments à moi. Pas les leurs que pourtant je prétendais connaître. J'avais rien compris. Ça m'a coûté trois dents.

Et votre association a été cambriolée à Montreuil ? Plus de matériel, plus rien ! Obligé d'arrêter. Trois semaines d'hôpital pour vous. Ça vous plait tant que ça d'en prendre plein le museau ?
Même réponse que la précédente.

Vous êtes courageux ou stupide ?
Un peu les deux… Mais ça demeure un choix.

La Dixième Famille, c'est LA solution pour sauver le monde ?
Bien entendu ! Au cas par cas, je l'ai dit.

Plus précisément ?
C'est très simple. Un enfant de dix ans y aurait pensé. Grâce à internet, nous réunissons des groupes de neuf familles de milieux totalement différents acceptant d'aider une dixième famille en grande difficulté.

Vu ses problèmes, cette famille n'a pas forcément accès à internet ?
Non. Sauf cas exceptionnel, elle n'a pas d'ordinateur à la maison, encore moins d'accès internet. Plus tard, on lui montrera. D'ailleurs au départ, nos neuf familles ne connaissent pas encore l'identité de la famille qu'elles vont " accompagner ". Je préfère ce mot à " aider ". Les familles accompagnatrices vont faire connaissance à partir d'un système de partage de savoirs.

Quels savoirs ?
Peu importe, puisque tout le monde sait au moins UNE chose. Mais l'inventaire de ces savoirs, tout en renforçant les liens de cette communauté naissante, va permettre au modérateur du groupe - une galaxie dans notre langage - de décider des moyens à mettre en œuvre pour aider la famille en détresse dés qu'elle sera identifiée.

Pourquoi neuf familles dans le groupe, pardon la galaxie ?
Ca représente trente/quarante personnes, enfants compris, donc ça reste gérable. Il y aura toujours une demi-douzaine de personnes disponibles - ce qui est rarement le cas avec une seule famille.

Mais comment interviennent ces 9 familles ? Elles sont livrées à elles-mêmes ?
Nous leur donnons des clés. Et un mini-cahier des charges. Ensuite, elles se débrouillent. Et là ça commence à devenir intéressant car elles trouvent forcément des choses auxquelles on n'a pas pensé. Que nous répercutons en temps réel aux autres familles après les avoir vérifiées. Ca sert à ça l'Internet.

Vous n'avez rien dit des problèmes de la dixième famille ?
Surendettement, chômage, tracas causés par les incivilités des enfants, gestion des papiers, du budget, demandes de conseil d'orientation, accompagnement scolaire des enfants, problème avec l'employeur, quel médecin consulter, ça ne manque pas, vous savez. Chaque catégorie de problèmes a son parrain-correspondant, et les problèmes non résolus sont débattus chaque mois par l'ensemble du groupe avant d'être remis en question.

Et si les familles-ressources craquent…. ?
Bonne question. Restent leurs enfants qui sont concernés par un jeu intelligent (pardon ! pardon !) sur internet avec des énigmes à trouver dont ils échangent les indices communiqués quotidiennement par nos soins en cours de récré. Le jeu s'appelle dix métiers en or.

Que vient faire ce jeu dans le système social ?
Sensibiliser les enfants à la notion de partage à travers un jeu intelligent - si j'écrivais je mettrai des guillemets et, pardon de l'arrogance du terme, mais certains de vos confrères l'ont dit (rires) et surtout, nous demandons à ces mêmes enfants de faire remonter l'info " sociale " à leurs parents. Dernier point, les cartes échangées par les enfants sont sponsorisées ce qui nous permet de faire rentrer un peu d'argent.

Pour en revenir aux familles accompagnatrices, que se passe-t-il en cas de mésentente ?
Ça peut arriver, eh bien, la galaxie explose et les familles sont réparties dans d'autres galaxies. Un mois supplémentaire à l'échelle de l'univers, c'est supportable, non ?

Vous avez aussi évoqué les handicapés ?
Pour nous, une famille, c'est un référent adulte + un enfant, ça peut donc être une vieille dame en maison de retraite avec son petit fils, un handicapé jeune sourd et son éducateur, ou encore un foyer monoparental avec une femme encore jeune dont le conjoint est parti pour l'échanger contre un modèle plus récent.

Vous êtes cynique !
Réaliste m'irait mieux. En dix ans de terrain quand on faisait du soutien scolaire, j'ai rencontré à Montreuil à peu près huit cents mères de familles dont 80% étaient dans cette situation.

Donc, votre système de partage de savoirs permet également des rencontres entre adultes. C'est une agence matrimoniale qui n'ose pas dire son nom ?
Ce n'est pas l'objectif principal, mais ça ne me gêne pas. Ça vaut largement les sites spécialisés sur internet, hein ? et dans le cadre de familles à recomposer, pourquoi pas ?

Pourquoi le regroupement des neuf familles doit-il être forcément hétérogène ?
Dans le projet, il y en a un second, c'est celui de faire effectuer de courts séjours aux enfants dans des milieux et des cadres différents.

Mais c'est gigantesque à organiser ce système, non ? Vous n'avez pas peur ?
D'abord, on a commencé à tester le projet à Mantes la jolie pendant une année. Ça semble avoir fonctionné.

Mantes la jolie ? C'était volontaire ?
Ça ressemblait un peu à ce volontariat militaire quand on désigne les volontaires en question pour détecter des mines. Le cabinet de JL Borloo qui commençait à nous trouver collant s'est dit qu'après an passé au Val fourré, il avait peu de chance de nous revoir. Finalement, on s'en est pas mal sorti, et nous revoilà de retour à Paris depuis 6 mois, pétants de santé, et prêts à initier la France entière à dixiemefamille.com. Et bien entendu, à donner quotidiennement de nos nouvelles à Monsieur Borloo.

Une dernière question. Pourquoi l'identification aux galaxies ?
Hé ! Hé …Mais pour rêver !

(Propos recueillis par Isabelle Betencourt)



Page d’accueil ] | [ Haut de page ]

© Dixiemefamille.com 2017